Agni : le métabolisme, ou feu digestif

Brûlures gastriques, ballonnements, appétit irrégulier… Si votre Agni, c’est-à-dire votre feu digestif ou métabolisme, n’est pas parfaitement en équilibre, vous faites partie de la grande majorité de la population qui souffre d’indigestion à divers degrés.


Votre métabolisme digestif peut être excessif (Tikshna Agni) ce qui se caractérise par une faim intense, des brûlures gastriques ou de l’hypoglycémie. A l’inverse, si votre métabolisme est lent (Munda Agni), des sensations de lourdeur, de la congestion, du surpoids peuvent survenir. Le feu digestif peut aussi être irrégulier (Vishama Agni), alternant les périodes d’hypermétabolisme et d’hypométabolisme.


Selon l’Ayurvéda, si l’Agni est en équilibre, l’immunité est forte, même en cas d’exposition aux pathogènes les plus féroces… L’un des buts de la cure ayurvédique est de renforcer Agni, en plus d’éliminer des tissus l’ama (produit par un Agni en déséquilibre) et les doshas (Vata, Pitta, Kapha) en excès.

Mais en dehors des cures, il est essentiel d’adopter les bonnes pratiques pour préserver et corriger l’Agni.

Recommandations générales :

  • Changez vos habitudes alimentaires progressivement !Adoptez un conseil à la fois, observez votre digestion et découvrez ce qui est bon pour vous… Une « mauvaise » combinaison alimentaire, notamment lors d’un repas social, ne nuit pas à la digestion à condition qu’elle ne se répète pas trop souvent.
  • Mangez à heures régulières et surtout évitez de manger tard le soir. Un dîner pris au milieu de l’heure du Kapha (après 20h30) sera très difficile à digérer, car l’Agni devient Munda (faible), surtout si cette tendance est déjà présente en général. Un dîner pris dans la période Pitta de la nuit (après 23h) aggravera Pitta (encourageant les symptômes Tikshna) et empêchera le métabolisme de faire son travail de digestion et d’assimilation, physique et émotionnelle : il est essentiel de dormir pour que ce processus soit réalisé.
  • Utilisez les épices et les herbes en quantité dans la cuisine, notamment celles qui sont bénéfiques à tous, quelle que soit la constitution individuelle : cumin, coriandre, fenouil, menthe, persil, safran, curcuma, cardamome*, cannelle*, gingembre frais*
  • Evitez de manger trop d’aliments crus, surtout le soir. Préférez une petite salade en entrée le midi et un repas du soir entièrement cuit.
  • Evitez les fruits aux repas, et les fruits hors saison. Consommez des fruits mûrs, de saison ou de garde (pommes…), entre les repas uniquement pour éviter de faire fermenter le bol alimentaire.
  • Eviter de consommer des restes réchauffés et des aliments frais au cours du même repas. Préférez les aliments frais, et ne réchauffez jamais plus d’une fois un mets.
  • Certains « antidotes »minimisent les effets négatifs de certains aliments. Parmi ces ingrédients magiques : une pincée de poudre de cardamome dans le café et le thé les rend moins épuisants pour l’organisme ; du ghee et du poivre noir sur les pommes de terre diminuent les ballonnements et les gaz…
  • Faire cuire tous les aliments dans un même pot leur permet de se mélanger, et rend leur combinaison plus digeste. La soupe repas est ainsi un excellent choix.

Une façon d’aider le feu digestif dans sa tâche, de manière préventive et même s’il est en équilibre, est d’éviter les combinaisons alimentaires qui nuisent à la digestion.

En effet, il arrivent souvent que deux aliments, hautement recommandés par l’Ayurvéda séparemment, deviennent toxiques lorsque combinés dans un même repas. En effet, leurs effets opposés rendent la tâche trop complexe pour l’agni, le système enzymatique est débordé et la digestion ne s’opère pas complètement, ce qui se traduit par une production de toxines.

Ingrédients spécifiques incompatibles :

  • Le lait avec les fruits.La crème est une partie du lait, alors c’en est fini de la crème fouettée sur la salade de fruits et des gateaux au fromage… Le fruit le plus incompatible avec le lait est la banane, suivi par les cerises, melons et les fruits acides.
  • Les céréales avec des fruits crus. Les céréales incluent les farines, le pain, les flocons, les biscuits… ils ne font pas bon ménage avec les fruits frais (ou congelés). 
  • Les légumineuses(lentilles, haricots secs, pois chiches…) avec les viandes, poissons, fromages et œufs. Adieu cassoulet, couscous, lentilles aux lardons et autres festins hyperprotéinés !
  • Les œufs avec le lait. Aïe pour les crèpes et autres pâtisseries…Heureusement il existe des recettes sans œufs ou sans lait ! Le lait végétal de coco ou d’amandes peut se substituer au lait de vache dans la plupart des recettes.
  • Les pommes de terre avec les produits laitiers. Cela sonne le glas du gratin dauphinois…  A moins de faire la sauce au lait de soja. 
  • Le yogurt (acide) avec les fruits, les œufs, le lait et les tomates. Le yogurt glacé ou épais, même seul, n’est pas recommandé par l’Ayurvéda. Mais dilué et épicé, il devient un bénéfique lassi.

Si votre problèmes est plus complexe, ou si vous avez des difficultés à vous y retrouver seul dans la jungle de la diététique (aujourd’hui on peut lire et entendre tout, et son contraire), ou encore si vous souhaitez des conseils alimentaires personnalisés, vous pouvez bénéficier d’une séance de Conseils en Ayurvéda

Les graines frémissent et les bourgeons apparaissent, la force du Kapha est en nous ! C'est le moment de secouer la torpeur hivernale et de stimuler son métabolisme en bougeant davantage